Terre et Peuple

Les vidéos de terreetpeuple sur Dailymotion

Musiques

Méridien Zéro/MAS/TP

1422746955.png

mas.png

 

TP.gif

Liens

Visiteurs

free counters

Archives

Recommander

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

La vie est un combat


"Nous ne savons pas si nous changerons le monde, mais nous savons que le monde ne nous changera pas"


Jean Mabire


 

AFP le 22/07/2013

 

Dexia, l'ancienne banque franco-belge en cours de démantèlement, a annoncé lundi qu'elle inscrirait une charge de 59 millions d'euros au deuxième trimestre en raison des mesures de restructuration de la dette de la ville américaine de Détroit.Exposée à hauteur de 305 millions de dollars par la faillite de l'agglomération américaine, Dexia passera "un ajustement de provision de 59 millions d'euros dans ses comptes au 30 juin 2013", selon un communiqué."Compte tenu des taux attendus de récupération, le montant de la provision atteint 48% de l'encours total à fin juin 2013", précise la banque qui explique que son exposition aura un "impact limité sur les comptes consolidés du groupe au 2e trimestre 2013".Dexia dispose également d'autres créances du secteur public liées à la ville de Détroit pour un montant de 148 M USD mais celles-ci ne sont toutefois pas concernées par la restructuration de la dette de Détroit.Etendard de l'automobile triomphante au début du 20e siècle, Detroit est devenue jeudi la plus grande ville américaine à se déclarer en faillite.Dexia, principal acteur du financement des collectivités jusqu'à ses déboires, a été durement frappé par la crise de la dette, ce qui a rendu nécessaire un second sauvetage en octobre 2011, après un premier à l'automne 2008.Selon la Cour des comptes, les déboires de Dexia, en cours de démantèlement, ont coûté 6,6 milliards d'euros à la France jusqu'à présent.

EN SOUTIEN AUX MILITAIRES DU 126EME Ri DE BRIVE :

Bonjour,


Je tiens à informer que des évènements graves se déroulent actuellement sur Brive, garnison du 126ème Ri!


L'histoire commence dans une résidence privée ou des familles avec enfants profitent de ce qui paie! Des gens de la cité voisine, viennent squatter,seulement ils commencent a mettre le souk donc une invitation à sortir leur est faite car leur dérive commence a devenir dangereuse, pour les enfants notamment!
Un mili étant avec sa compagne sur les lieux, leur demande de quitter les lieux, le ton monte car ces messieurs sont accompagnés et sont en bande!
ça dégénère, un autre militaire arrive et la situation dégénère, le second militaire accompagné de sa compagne enceinte tente d'arrêter ça car son compagnon se fait passer à tabac! Elle se fait à son tour prendre à partie alors qu'elle est enceinte et que cela se voit!!!
Bilan, elle finit à l’hôpital et perd son petit garçon à la suite des coups reçu!!! Il nous semble que cet acte porte un nom et fait partie d'une certaine catégorie!
Le lendemain, des militaires se réunissent et vont dans le quartier concernés! Ils y vont non armés comme certains pourraient le prétendre! Le ton monte parce que "eh les militaires vous faites quoi chez nous!!!" je ne cite que les débuts des propos qui sont soft car la suite, vous pourrez l’imaginer amplement! ça commence à courir, forcément ça galope bien en face donc aucun coup aura été donné de la part des militaires! seulement en face, les gens du quartier ont tirer sur les militaires à coups de feu!
A l'arrivée des forces de l'ordre et afin de ne pas trop envenimer les choses les militaires décident de quitter les lieux sans heurt avec les forces de l'ordre que nous respectons!!!
Les jeunes eux, par la suite s'en prendront à eux et aux pompiers venus pour éteindre les différents feux!
Le lendemain, 3 militaires isolés en ville dont un gars des iles se sont fait prendre en embuscade par les gens du même quartier, un militaire prendra un coup de couteau et finira à l’hôpital! Les gens de ce quartier n'en resteront pas là, ils iront aux abords de la résidence et donnent des coups de feu sur les appartements des militaires!
Le soir même,tard, après ces évènements, le régiment est rassemblé par le chef de corps, annonce faite de la mort du bébé et des incidents, appel au calme fait par le chef de corps et les hautes autorités! seulement décision d'interdire la sortie aux militaires, notamment à tous les tahitiens!
Renfort de CRS arrivé sur Brive, car peur que d'autres garnisons ne s'en mêlent,il faut dire et surtout avouer que Brive n'est pas la seule garnison à avoir des soucis avec les quartiers!
Seulement impunité des gens du quartiers des chapélies qui viennent provoquer aux abords direct de la caserne et menacent entre autre tous militaires rentrant du dimanche, trajet gare/ caserne qui passe par chez eux!
Aucune interpellation des gens concernés par la mort de ce bébé,par contre le papa et 2 autres militaires sont placés en garde à vue!!!
Dimanche soir un jeune engagé, rentrant de ses perms et n'étant pas au courant des évènements a été attaqué par derrière et à subi des coups de cutter dans le dos!
A savoir que lors de la venue des militaires dans ce quartier pour voir les auteurs! les militaires n'étaient pas constitués de casseurs, voleurs ou autres types d'individus malsains et sans valeurs!
Ce matin 2 autres étaient appelés pour soi-disant témoignage ce matin à 9 heures du matin, en fait ce n'était pas pour prendre des témoignages mais pour placer des militaires en garde à vue!
Là, je parle pour l'un d'eux, qui est mon ami, mon frère d'arme et je peux garantir les yeux fermés, qu'il n'y a pas plus "CLEAN" que lui car ce CCH est d'une valeur inestimable, toute personne le connaissant pourrait se porter garant de crédibilité!
A notre plus grande surprise (Mauvaise), les médias ne relatent que très peu les faits, laissant même entendre que les fauteurs de trouble seraient les militaires! Les commentaires de certains compatriotes sont tout simplement insultants pour rester au premier degré!
Nous nous demandons ou est la justice?
Pourquoi les policiers ne sont-ils pas avec nous alors qu'ils ont tous les éléments?
Pourquoi les médias nous salissent-ils comme ça??
Pourquoi? et de qui viennent les ordres?
Je crois que si nous nous posons les bonnes questions, les réponses font peur............!

Nous ne faisons pas d'appel à la violence mais à une mobilisation et à ce que la justice soit rendue, que la vérité soit connue! que nos frères d'armes soient relâchés! Nous vous demandons de partager ceci avec vos différents réseaux car nous sommes laissés tomber de tous! Nous ne sommes pas les bottes comme certains ont pu dire lors du 14 Juillet (les bottes référence au 3ème reich, ce qui est pour nous une insulte énorme!)
Là, on en a vraiment marre! Donc ancien, actif, peu importe votre rang, spécialité etc, citoyens qui se sentent un peu concernés,Aidez nous a faire savoir la vérité et rendre justice!
Notre pays est malade, très malade et apparemment nous dérangeons!
Posez-vous enfin les bonnes questions...
Merci de votre attention et de votre soutien!


(source : Afghanistan Actualités)

Les pompiers ont été pris pour cible  deux fois ce week-end dans le quartier du Mirail pendant des interventions. Deux pompiers ont été blessés.

 

La première agression s’est déroulée dans la nuit de vendredi à samedi, alors que les secours venaient dans le quartier du Mirail à Toulouse pour une femme en train d’accoucher. Hier soir, nouvelle agression dans ce quartier, alors que les pompiers se rendaient auprès d’une personne âgée.

Les secours ont été pris à partie par des jeunes qui les ont frappés. Deux pompiers ont été transportés à l’hôpital. Des pierres ont également été jetées sur les véhicules. Une plainte a été déposée.

 

Audio sur http://www.franceinter.fr/depeche-des-pompiers-pris-pour-cible-a-toulouse

151.png

L'info. Christiane Taubira veut qu'on "lui rende des comptes". Faute de place en prison, trois malfaiteurs, dont deux condamnés à trois mois de prison ferme et arrêtés jeudi à Dreux, en Eure-et-Loir, auraient été relâchés par la justice. L'affaire a été révélée samedi par l'adjoint de la circonscription de sécurité publique de Dreux. Et elle suscite la stupeur à droite comme à gauche.

 

Le rapport. Dans un document adressé le même jour à la Direction centrale de la sécurité publique et dont l'AFP a eu connaissance, ce commandant de police écrit que l'officier de police judiciaire de permanence s'est vu signifier, par instruction verbale du substitut de permanence du parquet, de "libérer sans délai" ces trois malfaiteurs "sans suites judiciaires au prétexte que la maison d'arrêt de Chartres était 'pleine'". Parmi ces trois malfaiteurs, figurerait un jeune homme de 26 ans, condamné à trois mois de prison ferme pour rébellion, violences sur un policier, outrages et conduite en état d'ivresse.

 

Prison : questions de détenus à Taubira

© MAXPPP

Dans le rapport, le policier "dénonce ces instructions iniques et lourdes de conséquences". Il rappelle notamment que les "mises en exécutions d'écrou sont délivrées par la justice" et qu'il "s'agit d'instructions écrites qui sont appliquées dès que possible". La décision est susceptible de provoquer, selon lui "le sentiment d'impunité que peuvent avoir ces délinquants, chevronnés pour la plupart, lorsqu'ils franchissent la porte du commissariat moins de deux heures après avoir été interpellés". Le policier souligne également les "conséquences sur le moral et la motivation" des policiers.

 

http://www.europe1.fr/France/Relaches-de-prison-faute-de-place-l-executif-cherche-a-comprendre-1601797/

Nous avons tous connu les reportages où il était difficile de faire notre travail, nous avons tous connu les conférences de presse où la langue de bois était la règle. Jamais je n’avais encore rencontré un ministre qui interdise officiellement les photographes et les caméras.

 

Le jeudi 1er août 2013, en pleine canicule, la presse était « conviée », par la ministre des Droits de la femme Najat Vallaud-Belkacem et par le ministre de la Ville François Lamy, à une rencontre avec les associations des quartiers populaires.

 

Cette visite ministérielle dans ces quartiers n’est pas la première ; il semble que pour notre gouvernement seuls ces quartiers soient dignes d’intérêt. Ce qui pose vraiment un problème, c’est que le communiqué invitant la presse et demandant de s’accréditer directement auprès du cabinet du ministre précisait : « Hormis lors du point presse, les caméras et appareils photographiques ne sont pas acceptés lors de ce déplacement. » Une façon de dire que les journalistes de l’écrit peuvent dire ce qu’ils veulent, il ne doit pas y avoir d’images pour le prouver.

 

La liberté d’informer qui fait la base du métier de photojournaliste est battue en brèche par l’autorité en place sans que personne ne proteste. On peut aller dans les pays en guerre, dans les endroits les plus dangereux du monde, mais en aucun cas nous ne devons montrer des ministres dans des quartiers où les burkas et les voiles sont légion, où la population fait sa propre loi, où même la police n’entre que très difficilement. Le clientélisme de ce gouvernement consiste à quémander des voix dans les quartiers où les populations sont les plus fragiles et les plus faciles à convaincre avec des arguments fallacieux, mais la presse ne doit pas en témoigner.

 

La suite sur http://www.bvoltaire.fr/patrickcrasnier/zones-de-non-droit-le-ministre-interdit-les-photos,32612

sn32-copie-1

Soupçonnés de recruter des volontaires pour aller combattre en Syrie, huit personnes ont été arrêtées par les services de sécurité espagnoles vendredi 21 juin, dans l’enclave espagnole de Ceuta, au nord du Maroc. Elles sont poursuivies pour "appartenance à une organisation terroriste".

Le phénomène des jeunes européens qui vont combattre en Syrie inquiète de plus en plus les Etats du Vieux Continent, embarrassés de les voir, parfois, rejoindre des groupes djihadistes qui luttent contre le régime de Bashar-El-Assad. Francetv info fait le point.

Combien d’Européens sont partis en Syrie ?

Pour le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, ils sont près de 600 ressortissants européens à s'être rendus en Syrie pour combattre le régime de Bachar Al-Assad. Le ministre de l’Intérieur, qui a dévoilé ce chiffre lors d’une réunion européenne sur le sujet le 7 juin, juge le phénomène "très préoccupant par son ampleur", rapporte Le Monde.

Le président russe Vladimir Poutine a accrédité cette estimation en affirmant ce 21 juin, que près de 600 Européens et Russes combattaient à présent parmi les rebelles syriens. Le 22 mai, Le Figaro avait lui parlé de 800 Européens, citant un diplomate de l'Union européenne (UE), confirmées par un dirigeant de l'opposition. Parmi eux, entre 120 et 270 Français.

Pourquoi ces Européens partent en Syrie ?

Il existe des raisons multiples aux départ de ces jeunes musulmans vers la Syrie. Dans un rapport destiné aux Etats européens et révélé par Le Monde en mai, Yves de Kerchove, coordinateur de l'UE pour la lutte contre le terrorisme, cite pêle-mêle le "goût de l'aventure, la volonté de soutenir des frères opprimés ou de 'punir' l'Occident, prolongement d'un engagement religieux radical."

Pour ManueI Valls, les combattants français en Syrie sont avant tout des hommes "plutôt jeunes, d'origine très modeste, et pour la plupart convertis à un islam radical". Le ministre note que "tous ne sont pas des djihadistes et des terroristes", mais beaucoup ont rejoint la mouvance radicale affiliée à Al-Qaida, le fameux Front Al-Nosra, que l’ONU a qualifié d’organisation terroriste.

 

La suite sur http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/combattants-europeens-en-syrie-un-casse-tete-pour-la-france_353322.html

C’est un peu une histoire de fou. Et ça fait un moment que l’affaire traîne. Résumons. Depuis quelques années, la SNCF est candidate à l’exploitation de lignes ferroviaires à grande vitesse aux USA. La compagnie française, incontestablement en pointe au niveau mondial, devrait avoir de bonnes chances de remporter la compétition commerciale. Notamment en Californie, sur la future ligne entre Sacramento et San Diego, un contrat d’au moins 45 milliards de dollars. Et en Floride. Mais ce serait sans compter sur ce qu’on pourrait appeler le « boulet de la mémoire ».

 

Pour les Français, les ennuis ont commencé tôt. Dès 2010, le Parlement californien avait voté une curieuse loi obligeant toute compagnie candidate à s’expliquer « sur son rôle éventuel dans le transport des victimes vers les camps de concentration et à détailler les mesures de réparation adoptées ». Le genre de texte sorti de nulle part ! Des demandes d’explications de survivants ou de familles de déportés firent soudain irruption dans la presse américaine.

 

En 2011, le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, pour calmer un peu ces ardeurs mémorielles, admettait que l’entreprise avait été « un rouage de la machine nazie d’extermination ». Un rouage mais pas autre chose. Rappelons quand même aux Américains qu’à cette époque la France vivait sous occupation allemande. Et que la SNCF fut réquisitionnée dans la zone dite « libre » par un État fantoche, non reconnu par la République.

 

La suite sur http://www.bvoltaire.fr/joriskarl/usa-versus-sncf-la-shoah-anti-business,32601

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés